Avis comics – Decorum (tome 1)


Jonathan Hickman, n’est plus à présenter, auréolé et encensé par les fans suite au succès de sa relance des X-Men, celui-ci à planché sur un projet en creator-owned : Decorum, pour Image Comics, avec Mike Huddleston.

Une mini-série en huit épisodes mais totalement dingue et étrange, avec des délires graphiques. Un comics qui ne passe pas inaperçu…

Résumé : Dans un futur lointain, l’empire solaire a disparu au terme de conflits répétés, de conquêtes sauvages, où se sont affrontés technologie et magie. Pour rétablir l’ordre après ce chaos, l’Eglise de la Singularité s’est opposée à l’Union de Persée en recrutant des chasseurs de primes et des assassins…

Avis comics – Decorum (tome 1)

Decorum par Image Comics est donc écrit par Jonathan Hickman, dessiné par Mike Huddleson, puis lettré par Rus Wooton et enfin conçu par Sasha E Head.

Hickman est bien connu des amateurs des comics à travers notamment son événement House of X / Powers of X, dans l’univers des X-Men de chez Marvel. Sachez le immédiatement Decorum est un comics déroutant, vous allez trouver des graphiques, des statistiques et des données scientifiques comme outil de narration. Sans oublier une floppée de textes.

Une œuvre de génie conceptuelle et abstraite

Dès le début, le design de Head est rafraîchissant, nouveau et captivant avec son intégration élégante d’un langage extraterrestre inventé. Les titres du premier chapitre sont entre parenthèses et déjà, les lecteurs voient le travail de Wooton sur les lettres. La police qu’il utilise est fine et les mots importants sont en gras. Cela donne le ton raffiné et cela conduit à l’introduction du comics. Le scénario de Hickman s’ouvre sur une brève histoire du paysage actuel de l’univers qu’il est en train de créer…

Le public est à l’écoute de l’expansion de l’Empire solaire où ils ont créé des habitats préservés pour différentes civilisations au cours de 10 000 ans afin de réduire l’expansion rapide.

Le style artistique est un amalgame de décors statiques qui ressemblent à une peinture à l’huile et à des croquis monochromes. Au début, il est choquant de voir deux approches artistiques opposées sur la même page, cependant, Huddleson l’utilise à son avantage. Les esquisses monochromes montrent une action plus dynamique. Alors que les scènes pleines de couleurs sont des toiles de fond pour envelopper les lecteurs dans le monde futuriste que Hickman tente de créer sous nos yeux.

Nous suivons un coursier, en route pour livrer un colis très important à un destinataire inconnu. Son design comprend de gros écouteurs autour de son cou, une coiffure rasée sur le côté et un sac à dos géant pour son travail. Les gens pour qui elle travaille ressemblent à des créatures extraterrestres indescriptibles ou à des robots humanoïdes.

Les créations de personnages de Huddleson insufflent la vie dans un univers de science-fiction totalement original. L’histoire passe rapidement à la tension lorsque notre protagoniste se rend compte que ce travail de livraison paiera plus du double du travail moyen. Hickman crée magistralement un aire d’intrigue entourant le fameux paquet.

Et le récit glissera doucement les lecteurs dans un monde rempli d’assassins dangereux et de politique spatiale. Decorum, un récit intergalactique de science fiction, minutieusement planifié et tentaculaire qui donne une expérience de lecture raffinée et chic.

Ce n’est pas un comics, c’est de l’art.

Je retrouve en certains points les mêmes sensations que sur Batman Arkham Asylum, de Grant Morrison et Dave McKean. Cette forme de concept que seuls les amateurs et fans de comics peuvent apprécier. Decorum, c’est un OVNI à ne pas mettre entre toutes mains, mais qui regorge d’une originalité que seul Hickman est capable de faire…

Le comics Decorum (tome 1) est d’ores et déjà disponible dans toutes les bonnes librairies au prix de 21€

Vos Commentaires

commentaires