Avis Comics – Flashpoint (édition 10 ans)


Urban Comics sort non pas un gâteau d’anniversaire et des bougies pour célébrer les 10 ans de Flashpoint… Mais une nouvelle édition du célèbre comics d’Andy Kubert.

Au programme une version en hardcover en lenticulaire, du plus bel effet, qui comprend les cinq numéros de la maxi-série principale ainsi que The Flash #8, comme dans l’édition régulière, mais également l’intégralité des planches crayonnées d’Andy Kubert.

Résumé : Il protège les innocents et combat le Mal sous l’identité du Flash. Il est l’homme le plus rapide du monde. Du moins, c’est ce qu’il était avant que le monde bascule inexplicablement dans une autre dimension. Désormais, Aquaman et Wonder Woman s’y livrent une guerre sans merci, le célèbre Chevalier Noir est loin d’être un justicier exemplaire et personne n’a encore entendu parler de Superman… Dans cette nouvelle vie, Barry Allen n’est qu’un homme comme les autres, seul et impuissant.

Avis Comics – Flashpoint (édition 10 ans)

Commençons par le commencement, l’histoire de notre super-héros Flash, pour les plus néophytes de l’univers DC !!

La mère de Flash a été assassinée quand il était enfant, alors il décide de voyager dans le temps et d’arrêter le tueur. Sauf que jouer avec le flux temporel a en quelque sorte tout foutu en l’air ! Qui l’a cru ?! Etre un super-héros n’est pas forcément une sinécure…

Alors Flashpoint est en quelque sorte le début de la nouvelle ligne des new 52 de DC dans la mesure où l’ingérence égoïste de Barry Allen dans le temps a provoqué le redémarrage ou la relance de chaque titre de DC.

Flashpoint met Flash au centre de la scène alors que l’homme le plus rapide du monde se réveille à son bureau, complètement inconscient de tous les événements qui viennent de changer. Réalisant lentement que les choses ne sont plus ce qu’elles étaient, avec des gens qui n’étaient pas censés être vivants tout à coup heureux et en bonne santé, et d’autres qui n’existent tout simplement plus, Barry Allen demande l’aide de la seule personne qui pourrait démystifier tout ce mystère: Batman. Alors que les choses continuent de ne pas se dérouler comme prévu, Barry Allen se retrouve avec un autre casse-tête car Batman n’est pas vraiment… Bruce Wayne.

Cet événement est d’une importance majeure pour la tentative de DC de redémarrer ses franchises avec diverses nouvelles séries se déroulant dans le New 52. Le statu quo de l’époque est maintenant soudainement déplacé sur une toute nouvelle voie où de toutes nouvelles idées et directions sont poursuivies. Ce que Flash réalise à la fin de Flashpoint l’oblige à prendre les choses en main, mais le résultat final n’est pas aussi net qu’il l’espère. Ce que vous pouvez toujours attendre de Geoff Johns, c’est que ses idées sont toujours intelligentes et inventives. Avec Flashpoint, il opte cependant pour quelque chose d’assez simple, mais aussi extravagant de toutes les manières possibles. En fait, Flashpoint est une histoire qui joue beaucoup sur les émotions, mais aussi sur la relation entre les personnages clés de l’univers DC.

C’est similaire à ce que vous trouveriez dans New 52 Justice League et a tendance à mettre en évidence le drame et l’action aussi souvent que possible. Ce qu’Andy Kubert livre en fin de compte est un portrait époustouflant et épique de la destruction et du chaos qui se déroulent, et sa capacité à tout montrer est phénoménale. Des séquences d’action rapides aux illustrations de deux pages, il n’y a tout simplement rien qui puisse décevoir les lecteurs de ce département, surtout si c’est le genre de style qui vous divertit. C’est explosif et souvent cruel et dangereux. Visuellement cela rend justice au scénario et l’embellit avec énormément de brio.

Bien que l’événement lui-même soit original et puissant, la mini-série en cinq numéros se précipite et ne prend pas le temps d’étoffer certaines de ses idées et de ses personnages. Il se passe beaucoup de choses en si peu de temps et le but de cette histoire réside dans sa prémisse et dans l’introduction d’une nouvelle ère chez DC. En réalité, il y a un tas de récit liées qui tentent de s’appuyer sur cet événement, et dénigrer Flashpoint par Geoff Johns serait une énorme erreur…

Flashpoint de Geoff Johns a également été adapté en tant que film d’animation DC appelé Justice League: Flashpoint Paradox et c’est l’une des meilleures adaptations qu’un fan puisse souhaiter. Il reste très fidèle au comics, ajoute même du contenu supplémentaire et offre toute l’action sanglante qu’un fan puisse souhaiter pour révéler l’un des films DC les plus matures et les plus violents.

Flashpoint a également été vaguement adapté dans la troisième saison de la série télévisée The Flash de CW Network. Quiconque suit la série de DC sait quel genre de répercussions cet événement a eu sur l’univers et sait qui blâmer pour tout cela. Il convient cependant de mentionner que l’adaptation de la série télévisée dépeint à peine la grandeur de l’événement, car la série n’a pas certains des super-héros, comme Batman, Wonder Woman, Cyborg et Aquaman. Mais une chose que la série fait bien est de tout expliquer et de la rendre facile l’histoire à digérer pour les téléspectateurs.

En conclusion, Flashpoint n’est pas qu’un simple comics, c’est le point de départ de nouvelles histoires !! C’est un comics indispensable à lire et à avoir, en sachant que de plus Urban Comics propose aujourd’hui une superbe édition de 336 pages au prix de 35€.

Vos Commentaires

commentaires