Avis Manga – Ningyo


Suicide, extinction d’une ethnie… les sujets abordés ne sont pas faciles, mais la douceur du trait de Mato, comme le regard bienveillant que Mr Tan porte sur son récit ne laissent jamais l’obscurité prendre le pas sur l’espoir. Sensible et onirique, Ningyo plaira bien évidemment à tous ceux qui ont aimé Jizo, mais aussi à toute personne s’intéressant au manga pour une première lecture. Découvrez dès maintenant le manga Ningyo aux éditions Glenat.

Résumé : La forêt d’Aokigahara au Japon, autrement appelée “la mer d’arbres” ou “la forêt des suicidés”… Un homme y perd la vie, comme guidé par de mystérieuses créatures. Quelque temps après, Kai, son petit frère, arrive sur place, bien décidé à découvrir les raisons de sa disparition. Mais au fur et à mesure qu’il s’enfonce au cœur de cette forêt, le lieu semble se transformer… Et si la rencontre d’un humain et d’une sirène pouvait influencer l’avenir du monde ?

Avis Manga – Ningyo

S’il faut avoir un gros coup de cœur voici le titre, que je vous recommande particulièrement aujourd’hui. Et effectivement, j’ai un petit coup de cœur pour le titre “Ningyo” sorti chez Glénat où tout se passe dans la forêt d’Aokigahara au Japon.

Forêt appelée également « la forêt des suicidés”. Au début, on va suivre un homme qui va y perdre la vie, il semble guidé par de mystérieuses créatures. Quelque temps plus tard son jeune frère Kai arrive sur place décidé à comprendre ce qui s’est exactement passé. Petit à petit il va s’enfoncer au cœur de la forêt et il va faire des rencontres surprenantes…

C’est très en lien très fort avec les croyances japonaises autour des esprits et la mythologie générale Japonaise. Le manga offre un côté onirique avec énormément de sensibilité dans le récit et dans les dessins.

Les auteurs se servent des légendes et mythes urbains connus au Japon, dans une ambiance fantastique, mélancolique et dramatique. Un récit poignant et poétique, qui aborde néanmoins des thèmes difficiles comme la mort, le suicide, sans oublier la déliquescence de notre planète…

Les dessins sont réalisés par la mangaka Mato, née le 7 janvier 1984 à Yokohama, au Japon. Aussi longtemps qu’elle s’en souvienne, elle a toujours dessiné. Dès son enfance, les mangas ont été ses lectures préférées. Elle a commencé à créer ses propres mangas sur un cahier dès l’âge de 8 ans. À 12 ans, elle rêvait de devenir mangaka (auteur de manga). Depuis 2005, elle expose des illustrations et des figurines en glaise. Depuis 2010, elle participe au salon Comitia (Original Independence Comic Exhibition) au cours duquel elle présente ses ouvrages autoédités. Mes amis les Popumomos est son premier ouvrage publié, œuvre qu’elle a présenté au Comitia en 2012. Ses sources d’inspiration sont nombreuses, elle est une grande admiratrice de Tim Burton (cinéaste), Yuichi Kumakura (mangaka), Daisuke Igarashi (mangaka), Takako Hirai (illustratrice), les artistes de l’âge d’or de l’illustration…

Les deux petit problèmes du titre, est que tout va un peu trop vite, les scènes s’enchainent et laisse parfois peut de place à l’émotion… et c’est vraiment dommage !! Et le second problème sont des dessins au style très jeune, un style plus mature correspondrait surement mieux au thème de cet ouvrage…

Mais Ningyo, propose une belle ambiance inquiétante et mystique avec un cadre poignant et réaliste, c’est sans nul doute un manga découvrir d’urgence !

Le manga Ningyo est disponible dès maintenant dans toutes les bonnes librairies au prix de 10.75€