Doomsday Clock – Une œuvre magistrale à découvrir !

Il y a trente ans, sur une Terre où le cours de l’Histoire a évolué de manière bien différente, un justicier milliardaire nommé Ozymandias a tenté de sauver l’humanité d’une guerre nucléaire imminente en concevant une machination effroyable… et réussit.

Mais, ses plans ayant été révélés, ce dernier dut prendre la fuite et tente à présent de retrouver le seul être capable de restaurer un équilibre sur sa planète : le Dr Manhattan, surhomme omnipotent. Un seul problème s’offre à lui : le Dr Manhattan a quitté sa dimension pour visiter celle de la Ligue de Justice et interférer avec le cours des événements, manipulant à leur insu les héros de cet univers. Mais pour Ozymandias, ce défi n’est qu’un obstacle de plus dans sa quête d’une paix éternelle pour son monde et ses habitants : résolu, il décide de franchir la barrière entre les dimensions quitte à y affronter ces métahumains.

Doomsday Clock étant une suite terne de Watchmen, est-ce au moins une bonne histoire du multi-univers? Oui et non. La configuration de Watchmen – Universe de l’histoire est intéressante, tout comme sa configuration DC- Universe. Quelque chose s’est produit dans l’univers DC qui a conduit à la révélation massive du méta gène et aux diverses expériences gérées par le gouvernement pour créer des êtres surpuissants qui pourraient agir comme des super soldats dans leurs pays respectifs.

La peur et le pessimisme sont des thèmes tout au long de l’histoire qui mettent en évidence la relation du Dr Manhattan avec l’univers. Superman est en contraste, travaillant comme un garçon d’affiche pour l’espoir, la confiance et l’optimisme.

Cela commence lentement, se concentrant d’abord sur Ozymandias et son monde en ruine grâce au journal secret de Rorschach. Nous sommes ensuite emmenés dans un voyage dans l’univers DC, rencontrant Batman et la Justice League, puis Superman. Curieusement, le point de vue du Dr Manhattan sur cet univers est assez intéressant, surtout dans la façon dont il ne voit pas les super-héros comme un symbole d’espoir. Ils sont plutôt des substituts de la paranoïa et de la peur dans un monde de plus en plus divisé, reflétant le sien.

Superman aurait peut-être volé la vedette sans Ozymandias. Mais jamais, il réussit une autre astuce pour tromper le Dr Manhattan, mais cette fois en sauvant le monde dans le processus, pas seulement en l’unissant.

Doomsday Clock est un récit riche, complexe qui pourra dérouter un grand nombre de nouveaux lecteurs néanmoins, cela ne sera que le seul défaut de cette œuvre magistrale et il est tellement difficile de décrire cette histoire en quelques ligne, qu’il en n’est même frustrant… Merci à Urban Comics ne nous proposer une intégrale de ce récit qui nous éclaire sur les changements radicales du DC Universe !

Doomsday Clock est d’ore et déjà disponible dans toutes les bonnes libraires au prix de 35€ pour 446 pages…

« Un récit ambitieux de Geoff Johns qu’on ne lâche pas, sublimé par le travail de Gary Franck, en gaufrier, en hommage à l’œuvre originale. »

Doomsday Clock – Extrait

Vos Commentaires

commentaires