L’Homme de la mer dans la collection Pika Graphic

Résumé du livre, licenciée à la suite d’une altercation avec son patron, Anna, jeune vendeuse désabusée par la vie, se réfugie au bord de la mer pour oublier son triste sort. C’est là qu’elle rencontre Deok-hyun, un pêcheur de coquillages mutique dont le passé est nimbé de mystères. Fascinée, Anna va contraindre cet homme à lui enseigner son métier de pêcheur en apnée pour, qui sait, trouver enfin un vrai sens à sa vie…

Avec L’Homme de la mer, Jang Deok-hyun évoque avec poésie la tradition séculaire des haenyos , ces pêcheuses en apnée hors du commun, véritables sirènes de l’île de Cheju, en Corée du Sud. L’activité des haenyos –de plus en plus rares- est d’ailleurs inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité de l’Unesco. Deok-hyun, le personnage principale de la BD, a repris ce travail de « femme » à la suite de son épouse décédée ; un travail qui sonne comme une revanche envers la mer qui lui a pris celle qu’il a réalisé aimer, mais qui lui vaut aussi d’être exclu de la société. L’auteur met également en scène Anna, un personnage un peu maladroit qui n’arrive pas à trouver sa place dans la société. À travers elle, c’est toute une génération coréenne désenchantée qui est dépeinte.

Avec L’Homme de la mer , Jang Deok-hyun évoque avec poésie la tradition séculaire des haenyos , ces pêcheuses en apnée hors du commun, véritables sirènes de l’île de Cheju, en Corée du Sud.
L’activité des haenyos –de plus en plus rares- est d’ailleurs inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité de l’Unesco. Deok-hyun, le personnage principale de la BD, a repris ce travail de « femme » à la suite de son épouse décédée ; un travail qui sonne comme une revanche envers la mer qui lui a pris celle qu’il a réalisé aimer, mais qui lui vaut aussi d’être exclu de la société. L’auteur met également en scène Anna, un personnage un peu maladroit qui n’arrive pas à trouver sa place dans la société. À travers elle, c’est toute une génération coréenne désenchantée qui est dépeinte.

Vos Commentaires

commentaires