March Comes In like a Lion (Volume 15) – Un manga émouvant sur la solitude…

Synopsis : Rei Kiriyama est un jeune homme de dix-sept ans au caractère pour le moins marginal : calme et réservé, celui-ci n’a ni famille ni ami et, contrairement aux autres garçons de son âge, il ne va pas à l’école. Vivant à Tokyo, il est un très bon joueur de shogi et peut au moins compter sur une personne : Akari Kawamoto, une jeune célibataire qui s’occupe de ses deux petites sœurs, Hinata et Momo

Un manga émouvant sur la solitude

Rei Kiriyama, 17 ans, fut seulement le 5ème collégien à passer joueur professionnel de shôgi. Pourtant, les échecs japonais ne sont pas une passion pour lui. Il a commencé à les pratiquer pour se rapprocher de son père puis, après la disparition brutale de ses parents et de sa petite sœur, pour faire plaisir son père adoptif, ce qui lui a valu la haine des enfants de celui-ci.

Aujourd’hui, Rei vit seul dans un appartement à peine meublé, au bord d’un grand fleuve dont la proximité l’apaise. Il a repris le lycée avec un an de retard mais, malgré de bons résultats scolaires, ne s’y est fait aucun ami. C’est un jeune homme profondément marqué par son passé, qui ne sait pas qui il est ni où il va et dont seuls les tournois de shôgi structurent la morne existence.

Mais un jour, il fait la rencontre de trois sœurs également orphelines qui vivent dans une vieille maison un peu décrépite. Akari, l’aînée, travaille au magasin de gâteaux de son grand-père le jour et fait l’hôtesse dans le bar de sa tante la nuit Hina, la cadette, va au collège et a le béguin pour un joueur de baseball très convoité par toutes les filles de sa classe. Momo, la benjamine, est encore à la maternelle. Même si leur mère leur manque beaucoup, chez elles, tout n’est que rires et bavardages, une effervescence qui contraste très fort avec l’atmosphère presque funèbre de l’appartement dépouillé de Rei…

Drôle de série que « March comes in like a lion », dès les premières pages, elle dégage une puissante impression de solitude et d’errance intérieure. On sent combien Rei est perdu, combien il s’est coupé de ses propres émotions et refoule ses mauvais souvenirs pour arriver à survivre, combien il répugne à s’abandonner à l’affection chaleureuse des trois sœurs. Lorsqu’il n’est pas en train de jouer au shôgi, les pages qui lui sont consacrées sont souvent muettes et d’une austérité extrêmement mélancolique.

Par contraste, dès que les trois sœurs font irruption dans le récit, les cases deviennent joyeusement bordéliques, encombrées de bulles de dialogue qui partent dans tous les sens et souvent squattées dans les coins par des chats perpétuellement affamés. On notera aussi la touche d’humour apportée par Harunobu Nikaîdo, le rival et meilleur ami auto-proclamé de Rei, un garçon joufflu, déterminé et envahissant dont les pitreries dissimulent de graves problèmes de santé. Ici, personne n’a la vie facile et chacun se débrouille comme il peut pour tracer son chemin en dépit de tout. Un manga émouvant, en cours depuis dix ans au Japon et qui arrive aujourd’hui déjà au volume 15, disponible dès maintenant dans touts les librairies et toujours aux éditions Kana !

Vos Commentaires

commentaires