Phoenix Point Behemoth – Le XCOM-like est dispo sur PlayStation et Xbox


Le créateur original de XCOM apporte sa suite spirituelle, à la saga déjà culte du jeu de gestion stratégie. Si vous avez déjà joué à XCOM, Phoenix Point vous sera très familier. Il ressemble et fonctionne de manière très similaire aux redémarrages de XCOM, en ce sens que vous contrôlez un petit groupe de soldats dans des combats au tour par tour, tout en gérant une série de casernes et de bases de recherche et développement combinées à un niveau stratégique plus large. Il y a beaucoup de différences dans les détails, du fait que les soldats commencent avec quatre points d’action à la capacité de cibler des parties du corps individuelles, mais le concept général et les commandes sont les mêmes.

Phoenix Point - Test

Phoenix Point Behemoth – C’est différent ou presque

La trame de fond est différente, en ce sens que vous faites face à une menace lovecraftienne provoquée par un dégel du pergélisol, mais le monde semi-apocalyptique que vous êtes chargé de sauver fonctionne de la même manière que XCOM 2 en termes d’humanité étant sur le pied arrière et un bombe à retardement constante dans ce cas une brume métamorphosante.

Il y a aussi un élément diplomatique plus complexe, qui rappelle la façon dont les factions sont gérées dans le pack d’extension War Of The Chosen, mais la narration de Phoenix Point en général est plus impliquée que tout dans un jeu XCOM existant, avec des points d’intrigue ramifiés et des fins multiples. Bien que cela soit tempéré par le fait que les factions sont toutes dirigées par des idiots, et vous n’aimez généralement pas devoir aider l’un d’entre eux.

Il y a certains domaines où Phoenix Point est sans équivoque meilleur que XCOM 2, tels que les effets de destruction plus étendus et une petite gamme de véhicules équipés de munitions lourdes. La façon dont la brume extraterrestre et d’autres horreurs rongent les points de volonté de chaque soldat, qui mesurent leur santé mentale et leur résolution, est également intéressante, faisant du stress et de la folie une menace presque aussi tangible que les monstres tentaculaires hargneux.

Phoenix Point Behemoth – Techniquement 

En termes de performances, qui étaient un problème pour le PC au lancement, il y a certainement beaucoup moins de bugs qu’avant. Les commandes pour élever et abaisser la caméra, pour regarder différents niveaux d’un bâtiment, sont un peu hasardeuses, mais c’est à peu près le problème persistant le plus grave. Les temps de chargement sont longs, même sur une PlayStation 5, mais un correctif sur la nouvelle génération devrait arriver qui, espérons-le, aidera à les raccourcir… Techniquement, le jeu tourne en 4K et 60 images par seconde, c’est donc parfait.

Les commandes à la manette sont très bonnes et bien qu’elles utilisent la configuration de base mise au point par les redémarrages de XCOM, l’interface plus complexe de Phoenix Point, notamment les inventaires, a été très bien adaptée. Les graphismes en général sont également impressionnants, mais bien qu’il y ait plus de variété dans les types de cartes qu’auparavant, vous commencez toujours à reconnaître les différents modèles qui sous-tendent les conceptions générées de manière procédurale.

L’intelligence artificielle s’est également nettement améliorée, dans la mesure où les ennemis sont capables de faire plus que simplement courir droit sur vous ou s’asseoir sur un seul point de tir, mais il est toujours courant de les voir errer à l’air libre sans plan apparent.

Phoenix Point Behemoth – Un contenu généreux !

Pour l’instant, le plus gros ajout à l’édition Behemoth est qu’elle comprend quatre extensions DLC majeures, qui ajoutent diverses nouvelles fonctionnalités et extras. Le plus évident dès le début est un didacticiel approprié, avec une narration et des personnages uniques, qui vous facilite beaucoup plus le gameplay et les concepts. À un niveau de base, XCOM n’est pas plus compliqué que le point où vous voulez aller et ce sur quoi vous voulez tirer, mais Phoenix Point a suffisamment de rides et d’options supplémentaires pour que la nouvelle intro soit très appréciée.

D’autres ajouts sont cependant moins réussis, comme un mini-jeu d’interception aérienne inspiré du jeu Amiga original et l’un des rares aspects de la conception originale à ne pas faire partie des redémarrages. C’est très décevant cependant et implique étrangement que votre avion de transport abat les dépliants ennemis au lieu d’un intercepteur dédié.

Tous les DLC ajoutent de nouveaux ennemis, classes, armes et équipements, avec l’extension la plus récente introduisant une unité de soutien ennemie qui libère de la brume pour corrompre les soldats et soigner ou ressusciter les ennemis.

Phoenix Point Behemoth – En conclusion 

Phoenix Point a reçu beaucoup plus de contenu au cours des deux dernières années, mais au-delà de la correction de bugs, il est discutable de savoir si quelque chose s’est réellement amélioré. C’est toujours un jeu de stratégie agréable, avec beaucoup de profondeur et une montagne de contenu, mais où les redémarrages étaient fluides et accessibles, Phoenix Point est beaucoup plus compliqué !.

Cela ne veut pas dire qu’il ne trouvera toujours pas de public sur les consoles, mais si la renaissance actuelle des jeux de stratégie s’était appuyée sur Phoenix Point plutôt que sur les redémarrages de XCOM, il est peu probable que cela ait décollé de la même manière.

Phoenix Point est d’ores et déjà disponible sur console au prix moyen de 39.99€