The Nice House on the Lake: une critique de la nouvelle série d’horreur de James Tynion IV et Alvaro Martinez Bueno


La série d’horreur de James Tynion IV, « The Nice House on the Lake« , a été acclamée par la critique pour son histoire captivante et son intrigue effrayante. Le scénariste de renom a une nouvelle fois fait équipe avec l’artiste incroyablement talentueux, Alvaro Martinez Bueno, pour créer cette oeuvre troublante. Les dessins de Bueno ajoutent une dimension visuelle terrifiante à l’histoire, et son style unique convient parfaitement au genre de l’horreur. Ensemble, Tynion IV et Bueno ont créé une série qui est à la fois passionnante et effrayante, et qui est un must pour les amateurs de bandes dessinées d’horreur.

The Nice House on the Lake, la nouvelle série horrifique de James Tynion IV, a suscité un vif intérêt dès son annonce. Cela n’a rien de surprenant, car Tynion IV est déjà connu pour ses talents de scénariste dans les séries Something is Killing the Children et The Department of Truth, qui ont toutes deux été très acclamées par la critique. Le fait qu’il se lance dans un nouveau projet dans le genre de l’horreur, publié chez Black Label, l’imprint destiné à un public adulte de DC Comics, a naturellement attiré l’attention des fans de ses précédentes oeuvres. Les attentes sont donc élevées pour cette nouvelle série qui promet d’être aussi captivante et effrayante que les précédentes de Tynion IV.

James Tynion IV a de nouveau fait appel à l’artiste espagnol Alvaro Martinez Bueno pour sa nouvelle série The Nice House on the Lake, après une collaboration réussie sur Justice League Dark. Ce nouveau projet offre aux deux auteurs une plus grande liberté créative qu’auparavant, ce qui est particulièrement excitant. Les attentes étaient donc élevées pour ce premier épisode, et après l’avoir lu, il est clair que la hype était justifiée et que l’attente en valait vraiment la peine. La série s’annonce aussi captivante et effrayante que les précédentes de Tynion IV, avec un style visuel unique apporté par Martinez Bueno qui convient parfaitement à l’univers de l’horreur.

Il semble que la scène d’ouverture de ce premier épisode, qui débute par un extrait du futur, n’a pas entièrement réussi à vous immerger dans l’histoire. Bien que graphiquement soignée grâce à la colorisation de Jordie Bellaire, cette scène n’a pas réussi à vous plonger immédiatement dans l’intrigue comme vous l’espériez. Cependant, vous avez indiqué que dès que l’histoire a fait un retour en arrière, vous avez été entièrement pris par le récit et avez continué à lire jusqu’à la fin. Il est possible que cette scène d’ouverture ne soit pas adaptée à tous les lecteurs, mais cela ne doit pas gâcher l’expérience globale de la série qui semble prometteuse.

James Tynion IV présente dans The Nice House on the Lake, les personnages principaux de la série, Ryan Cane et Walter, ainsi que neuf autres invités, qui se retrouvent tous réunis dans une magnifique maison au bord d’un lac. Ryan Cane, une new-yorkaise de 26 ans, rencontre Walter dans un bar et il l’invite, ainsi que les autres invités, à passer un week-end dans cette maison. Cependant, les invités se rendent vite compte que l’invitation de Walter n’a pas pour seul but de passer du bon temps ensemble.

Tynion IV présente chaque personnage avec un surnom et un symbole associé, ce qui peut rappeler la manière de faire de Jonathan Hickman. Cependant, cela pourrait également rendre la compréhension des prochains épisodes plus complexe. Il est important de suivre l’évolution de ces personnages et de leur relation les uns avec les autres pour saisir pleinement les enjeux de l’histoire.

James Tynion IV parvient à présenter rapidement un grand nombre de personnages, à leur donner une personnalité et à indiquer leur rôle dans l’histoire. C’est remarquable de voir comment il réussit à faire cela en si peu de temps, ce qui est rarement vu dans les séries TV ou les films.

La manière dont l’horreur s’immisce dans l’histoire est également grandiose. On s’attendait à ce que cela dégénère rapidement, mais Tynion utilise une vitesse et un sens de la dramaturgie exceptionnels pour rendre cela encore plus puissant. Il sort clairement des sentiers battus en ne laissant pas de petits indices pour montrer que la maison n’est pas un lieu sûr, il frappe fort et montre que les personnages ne peuvent pas faire marche arrière. Il semble que cette série va être une expérience captivante et effrayante pour les lecteurs, Tynion IV prouve encore une fois son talent de scénariste.

Le travail artistique dans The Nice House on the Lake est absolument remarquable. Le trait d’Alvaro Martinez Bueno est magnifique, mais c’est également la composition des pages qui est remarquable, avec des cases qui s’entrelacent pour présenter les personnages. Le travail de Jordie Bellaire sur la colorisation est également incroyable. Elle utilise des changements de colorimétrie en fonction des ambiances, ce qui fonctionne généralement bien, mais ici elle le fait avec un tel talent que c’est remarquable.

Par exemple, à la fin de l’épisode, lorsque Ryan voit l’horreur à la télévision, les couleurs de la case ont une colométrie diabolique avec du jaune, du rouge et de l’orange. Lorsqu’elle panique pour dire aux autres ce qu’elle a vu, la couleur bleue de la soirée « à la cool » commence à se mélanger avec ces couleurs diaboliques, remplissant progressivement les cases. C’est très malin et plonge inconsciemment le lecteur dans l’ambiance. Le travail graphique est donc primordial pour l’immersion dans l’histoire, il est vraiment remarquable dans cette série.

Le comics The Nice House on the Lake est disponible dès maintenant dans toutes les bonnes librairies au prix de 15€