Avis Comics – Bitter Root (tome 2)


Récompensés par le prestigieux Eisner Award de la meilleure série régulière, David F. WalkerChuck Brown et Sanford Greene poursuivent le combat de la famille Sangerye dans le Harlem des années 1920 à coups de scènes d’action grandioses et de métaphores limpides dont la puissance résonne aujourd’hui tout autant qu’en 1924.

Résumé : Chasser les monstres est une affaire familiale pour les Sangerye. De génération en génération, ils ont combattu les Jinoos, d’horribles créatures nées de la haine. Mais ils doivent désormais faire face à une menace bien différente : les redoutables Inzondos, un nouveau type de monstre engendré par le deuil et les traumatismes. Tandis qu’une légion d’âmes torturées s’abat sur Harlem, les Sangerye vont encore devoir se battre pour sauver le monde… avant que leur propre souffrance ne les transforme eux aussi !

Avis Comics - Bitter Root (tome 2)

Avis Comics – Bitter Root (tome 2)

Nommé aux Eisner Awards 2019 « Meilleure Nouvelle Série », il aura fallut être très très patient pour découvrir le tome 2 de comics indé proposé par HiComics. Petit rappel du contexte du récit, Bitter Root est à mi-chemin entre Ghostbusters et Buffy la chasseuse de vampires. Nous donc être plongé dans la vie de famille des Sangerye, famille Afro-Américaine qui lutte à leur manière contre des créatures redoutables, en usant de sorcellerie, et qui malheureusement vont être confrontés au racisme ordinaire, et à ses préjugés d’une Amérique puritaine des années 20.

Enfin plus des années 1924… car les scénaristes ont décidé de placer ce tome 2 sous le signe des révélations et de parler des événements sanglants ayant eu lieu cinq années auparavant. Nous allons donc découvrir le passé de certains protagonistes et de leurs actions, jusqu’à leurs présents.

Mais le changement le plus notable dans ce tome 2, est son nouveau coloriste. Celui-ci évite principalement la saturation profonde omniprésente du tome 1 de couleurs similaires qui rendait parfois difficile l’analyse de ce qui se passait, mais le compromis est qu’il perd également une partie du style distinctif et si particulier. Attention les deux comics sont toujours très attrayants. Mais dans l’ensemble, visuellement que je préfère légèrement le style de ce dernier volume, l’action étant plus lisible.

Ce tome 2 s’appuie donc sur l’allégorie raciale réfléchie et la construction du monde de manière intelligente. Et par la même occasion élargissant le combat des Sangeryes à des familles similaires d’autres communautés d’immigrants de New York. Sans oublier en plus de donner des informations sur les motivations passées du couple antagoniste. La dimension parallèle brièvement présentée vers la fin du volume 1 est également explorée un peu plus. Après les amateurs d’action explosive, ne seront eux aussi pas déçu…

Mais il faut quand même noter que la trame générale n’est pas des plus facile à suivre dans ce tome. Et que les sauts entre les deux époques complexifie grandement le récit. A noter aussi, l’ajout absolument passionnant d’un dossier « Amères vérités » en fin de comics, sur la période trouble l’histoire des afro-américains. Dans l’ensemble Bitter Root – Rage et rédemption, propose de belles choses. Rebondissements, introspections, actions, un récit accrocheur et visuellement impeccable.

Bitter Root – Rage et rédemption est d’ores et déjà disponible dans toutes les bonnes librairies au prix de 17.90€

Vos Commentaires

commentaires