Avis Comics – King in Black (tomes 2)


Ce gigantesque et palpitant crossover de Donny Cates et Ryan Stegman met fin à la saga initiée deux ans plus tôt dans la série Venom, avec cette suite directe d’Absolute Carnage. L’événement peut évidemment être lu indépendamment, les coups de théâtre ne manquant pas ! Avec la formule éditoriale qui a fait le succès de DAWN OF X et EMPYRE !

Résumé : Après avoir ravagé la galaxie, Knull, Dieu des Symbiotes, arrive sur Terre avec une armée de dragons prêts à réduire la planète en cendres. Tous les héros, des Avengers aux X-Men en passant par Spider-Man et, bien sûr Venom, sont sur la brèche, mais la bataille est-elle perdue d’avance ? Faudra-t-il se résoudre à livrer Eddie Brock à Knull ? Et si ce n’était pas ce que l’être maléfique était venu chercher sur Terre ?

Avis Comics – King in Black (tomes 2)

King in Black a commencé, comme le font la plupart des événements Marvel, par une invasion extraterrestre. Knull, le dieu des Abysses aux dents pointues et en cuir, a traversé l’univers Marvel comme un couteau dans du beurre. Le monde tombe immédiatement sous son emprise. Et en chemin, les personnages sont éventrées bien violement et de nouveaux alliés se forgent ainsi que de nouveaux pouvoirs vont être révélés. À l’apogée de King in Black, Knull est facilement envoyé aux mains d’un Venom à propulsion cosmique. Parcourir chaque comics de King in Black est un vrai plaisir.

Donny Cates et Ryan Stegman ont consacré leurs dernières années à l’ascension de Venom dans l’univers Marvel, et bien qu’ils n’en aient pas encore fini avec le personnage post-King in Black, cet événement sera sûrement le meilleur pour cet héros hors norme.

Entre Venom, Absolute Carnage, Silver Surfer: Black, et bien plus encore, Cates a passé beaucoup de temps à construire le personnage du dieu primordial des symbiotes. Bien que l’idée d’un dieu cosmique des ténèbres soit incroyablement ancien, c’est un archétype solide pour un nouveau grand méchant, Knull reflète la vison parfaite d’un antagoniste de l’univers Marvel .

Les thèmes de la mort et de la renaissance sont omniprésents, filtrés à travers ce style lourd et énergique. Cates met les jalons avec la fin brutale de la Sentinelle, avant d’anéantir certains des meilleurs Avengers et X-Men, puis de se débarrasser d’Eddie Brock lui-même. La série se déroule à un rythme en dents de scies, sprintant jusqu’à une fin triomphante. Lorsque Venom, nouvellement béni avec l’Enigma Force, fait fondre le face-à-face de Knull, c’est une fin particulièrement incroyable. Encore une fois, il n’y a pas de réelle profondeur dans le réciy, mais il n’y a pas non plus de véritable tentative de raconter autre chose qu’un bon gros blockbuster !! Et la finalité est exaltante !!

Pour terminer le côté esthétique du comics, Frank Martin et Jason Keith colorent l’ensemble avec de l’orange et du rouge chauds contre du noir profond. C’est une approche cohérente qui ne vacille pas tout au long de la série, enveloppant le monde d’une obscurité lugubre et pesante.

King in Black est définitivement bien écrit. Cet évènement excelle en tout point. Et pourtant, le récit ne va pas révolutionner le monde de Marvel. Cates et Stegman choisissent d’intégrer beaucoup de fans services dans l’histoire, mais pour notre plus grand plaisir. King in Black est sombre, jouissif et une bonne vraie lecture divertissante !!

Les tomes 1 & 2 du comics King in Black sont d’ores et déjà disponibles dans toutes les bonnes librairies au prix de 16€.