Avis Comics – The Last Ronin


Par les cocréateurs légendaires Kevin Eastman et Peter Laird, accompagnés de Tom Waltz, scénariste de la série principale, découvrez l’histoire finale des Tortues Ninja ! The Last Ronin, est un poème d’amour sincère à tous les univers TMNT du passé, et offre un regard intense sur un futur possible. C’est beau, génial, touchant avec une maitrise absolue, l’un des meilleurs récit des TMNT, édité superbement comme d’habitude par Hi Comics ! Un must…

avis comics

Résumé : Le clan Hamato n’est plus et les Foot règnent sur un New York post-apocalyptique ravagé par les guerres civiles… mais le dernier survivant de la fratrie des Tortues rôde dans l’ombre. Hantée par les fantômes des tragédies passées, la mystérieuse Tortue se lance dans une mission désespérée pour venger l’honneur de sa famille disparue.

Avis Comics – The Last Ronin

Dans le futur, New York City est un cauchemar dystopique. L’eau est un poison, le ciel est rempli de drones. Il reste une tortue ninja pour finir ce que sa famille a commencé.

Nous tenions à préciser quelque chose, il est très difficile de rester totalement objectif lors de la critique de ce comics. Nous avons beaucoup d’amour pour ces personnages, ces créateurs et cette série !

Compte tenu du fait que Kevin Eastman et Peter Laird n’avaient pas travaillé ensemble depuis des années, nous avons ressenti beaucoup d’optimisme, mais prudent avant le lancement de The Last Ronin. L’idée que les créateurs du TMNT collaborent pour raconter l’histoire du dernier combat de la dernière tortue semblait être une idée absolument géniale. Et nous sommes très heureux de dire que cette histoire a dépassé toutes les attentes !!!

L’un des aspects les plus intéressants de cette histoire concerne la façon dont le Ronin a appris à faire face à la perte de ses frères. Il leur parle toujours comme s’ils étaient dans la pièce avec lui, et il peut parfois les entendre réagir à différents moments du récit. Alors que le Ronin a son propre monologue intérieur tout au long de l’histoire, il devient clair que les choses les plus importantes dans son esprit sont dites à haute voix à ses frères.

De même, certaines des « réactions » des autres tortues dans sa mémoire aident à représenter des facettes de la personnalité du Ronin. Il a encore un peu d’optimisme et de foi dans la lutte contre le mal, car la force de sa famille ne l’a jamais vraiment quitté.

Les séquences d’action s’en tiennent aux enseignements de Master Splinter de frapper fort et vite puis de disparaître. Ce sont des combats méchants, bas et sales, comme l’ambiance générale d’ailleurs. La tortue privilégie l’efficacité au style, ce qui donne des combats vraiment passionnants, avec une chorégraphie stylisée et facile à suivre. Chaque mouvement est précis, montrant que le Ronin a peut-être vieilli, mais qu’il n’a rien perdu de son habileté au fil des ans.

Esau et Issac Escorza fondent l’action plus grande que nature en plaçant une quantité incroyable de détails dans chaque plan. Les mises en page de Kevin Eastman est sublime. Les scènes d’action de haut vol et les paysages futuristes d’Esau Escorza sont réalisés de manière exquise, avec un éclat qui a également beaucoup de crasse et de laideur, ce qui renforce ce sentiment de solitude.

Les couleurs fantastiques d’Antonio Delgado contribuent aussi à l’ambiance. Tout ce qui se trouve en dehors de la ville et dans les ruelles a un air sale et moisi. Même la beauté de la tour ennemie a des taches qui semblent ternes, comme si la façade pouvait glisser à tout moment. Encore une fois, pas de spoilers, mais l’utilisation de couleurs plus claires fait également ressortir l’impact émotionnel d’une séquence de quasi-rêve vers la fin du premier chapitre.

Chaque élément du comics donne l’impression d’avoir été apporté par un créateur au sommet de son art. Le résultat est sans appel, c’est facilement l’un de nos comics préférés de l’année et une lecture incontournable pour les fans de Ninja Turtles.

Une grande partie du comics est basée sur des batailles de ninja de haut vol et des effusions de sang, donc le fait que la fin du premier chapitre soit un moment tranquille entre amis donne quelques secondes de répits aux lecteurs. Les derniers instants du chapitre sont extrêmement émouvants, livrant une révélation après l’autre.

Vous ne saurez rien de plus de cette formidable histoire, pour ne pas gâcher les surprises, mais il faut avouer que nous avons ressenti une larme monter à la lecture ce certains passages… Sans aucun doute The Last Ronin, et le meilleur comics de cette année, un ouvrage à avoir et découvrir absolument !

Le comics The Last Ronin est disponible dès maintenant dans toutes les bonnes librairies au prix de 29.95€