Avis manga – Angolmois (tomes 9 & 10)


Cette série fleuve avec de véritables éléments historiques représente avec un point de vue inédit « les invasions mongoles » qui ont secoué le Japon du Moyen-Âge. Le manga des éditions Meian, termine son récit avec un volume 10 qui honneur à cette série signée par Takagi Nanahiko, qui a été publiée de 2013 à 2018 aux éditions Kadokawa Japon et qui troujours aujourd’hui sa conclusion.

Résumé tome 9 : L’armée mongole doit conquérir Tsushima avant de pouvoir atteindre Hakata. Les ennemis sont descendus de leurs grands navires qui peuplent l’océan et ont envahi l’île. Pourtant, les samouraïs répliquent et continuent de se battre, mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que les renforts tant attendus, ne viendront pas. Certains ont commencé à fuir et au coeur de toute cette pagaille, Jinzaburô Kuchii se bat de toutes ses forces. Trouvera-t-il un moyen de s’en sortir ?

Résumé tome 10 : Face à l’armée mongole qui enchaîne les assauts, les exilés qui ont combattu en compagnons, tombent un à un. Mais peu importe à quel point ils sont acculés, ils ne baissent pas les bras. Comment se conclura la dernière bataille de Jinzaburô qui se démène pour protéger l’île alors que les îliens continuent de fuir désespérément pour survivre ?

avis manga

Résumé de la série : Jinzaburô Kuchii, un samouraï de Kamakura, est exilé à Tsushima où il est chargé par la fille du gouverneur, Teruhi, de défendre l’île des Mongols. Au lieu de la peine de mort, les proscrits ont reçu l’ordre de servir de pions sacrifiables. Ils doivent tenir sept jours jusqu’à l’arrivée des renforts de Kyûshû, mais face aux armes et aux tactiques étranges des Mongols, le maître du clan Sô, Sukekuni, et son fils, Umajirô, se font tuer. Alors que tous s’étaient résignés à perdre, Jinzaburô apparaît seul sur le champ de bataille, vêtu d’une ancienne armure…

Avis manga – Angolmois (tomes 9 & 10)

Le récit de Takagi Nanahiko nous transporte vers le Japon du Moyen-Âge, pour nous montrer le point de vue japonais concernant les invasions mongoles. En effet, Jinzaburô Kuchii, un vassal déchu de Kamakura a été condamné à l’exil et, enchaîné comme les autres prisonniers, il se dirige en mer afin d’expier sa peine sur l’île de Tsushima.

Durant ce périple, l’ancien samouraï montrera qu’il est plein de ressources et peut facilement faire changer la donne devant une situation délicate. Et dès lors, on comprend mieux les toutes premières pages du manga qui nous place au cœur d’une bataille où un soldat montre par pure cruauté la tête tranchée des parents de deux enfants à ces derniers.

Les exilés touchant pied au sol ne vont pas connaître des jours paisibles sur cette île. Envoyés comme pions à sacrifier, ils devront résister contre l’armée mongole qui veut asseoir Tsushima sous sa domination afin de s’en servir comme zone de ravitaillement/point stratégique pour les autres guerres qu’ils vont mener, leur cible étant Kyushu. Jinzaburô et les autres exilés n’ont rien à gagner de mourir pour cette île qui leur est étrangère mais certains, s’amusant des combats et des massacres (puisqu’ils sont d’anciens pirates), ne bouderont pas forcément l’offre.

Après avoir esquissé le caractère franc et de leader de Jinzaburô qui crée toujours de l’attraction autour de lui, les tactiques et stratégies militaires jalonneront les pages ainsi que des faits historiques qui ne perdront pas le lecteur mais ne lui évoqueront pas forcément grand chose s’il n’est pas au fait de l’Histoire des mongols.

Le manga Angolmois trouve sa conclusion !

C’est donc terminé pour cette histoire inspirée de faits réels et de personnages ayant existés. Toujours avec une certaines touche d’optimisme, nous avons espéré jusqu’à la fin qu’il y ait un retournement de situation qui fasse qu’il n’y ait pas autant de morts, même si nous savions pertinemment, que le manga ne changerai pas cette histoire pour nous offrir, une autre fin ou bien un happy-end.

Quel est donc la moralité d’Angolmois ? Pas de retournement de situation aussi beau que ce que nous aurions souhaité. Et il faut le reconnaitre, cette conclusion est un véritable carnage et vrai bain de sang et les dessins montre bien l’horreur de la situation, et de la guerre !!!

En conclusion, cette série aura été assez captivante de la première page jusqu’à son dénouement, avec ce tome 10. Un récit qui nous nous happe sans difficulté jusqu’à une fin où Nanahiko Takagi s’applique à rester fidèle aux grandes lignes de l’Histoire. Un superbe manga parfaitement édité par Meian, en espérant que le second arrive prochainement en France !

Les tomes 1 à 10 du manga Angolmois sont d’ores et déjà disponible dans toutes les bonnes librairies au prix de 6.95€