Avis Manga – Don’t call it Mystery


Yumi Tamura, déjà connue pour ses célèbres 7 Seeds et Basara, se distingue par ses shôjo atypiques, faisant la part belle à l’action et au mystère, ainsi qu’au développement d’intrigues complexes. Le manga Don’t Say Mystery (Mystery to Iu Nakare) a débuté en 2017 au Japon aux éditions Shogakukan et compte actuellement 8 volumes en cours, le volume 1 est disponible dès maintenant aux éditions Noeve Graph.

Résumé : Etudiant solitaire, Totono Kuno n’aspire qu’à profiter de ses journées tranquilles en cuisinant et en observant le passage des saisons. Son quotidien est bouleversé le jour où la police se présente à sa porte. L’un de ses camarades a été assassiné et il est le seul suspect. Totono doit déployer toutes ses capacités de déduction pour lever les soupçons qui pèsent sur lui.

avis manga

Avis Manga – Don’t call it Mystery

Le concept est simple une récit qui se passe uniquement en paroles dans un lieu fermé. Le résultat ? Stupéfiant !! Voilà un titre surprenant, de par sa facilité de lecture mais par son histoire incroyablement prenante.

Notre personnage principal Totonô, est un étudiant atypique, pas très sociable, qui va se retrouver au cœur d’intrigues et surtout d’un crime. Mais la principale caractéristique de Totonô est sa capacité de raisonnement déroutante comparable à Sherlock Holmes. Sans oublier le jeune homme possède un calme olympien, tout en analysant ses interlocuteurs pour retourner les situations à son avantage… En sachant que dans la 1er histoire, tout le désigne coupable du meurtre de l’un de ses camarades.

Un talent d’analyse, imperturbable à la limite de la provocation Totonô, est-il coupable ? Voilà, la question récurrente à la lecture de ce titre. Le cheminement de réflexion de Totonô est travaillé, il va au-delà des déductions classiques, posant de vraies questions éthiques.

Mais le manga, propose un autre aspect lui aussi intéressant, la mise en scène !! Le mangaka Tamura, appose une ambiance, une atmosphère pesante par le choix des lieux clos. Un commissariat dans la première histoire et un bus dans la deuxième. Et cette promiscuité entre les personnages qui rend la tension presque palpable. Mais cette ambiance passe aussi, par énormément de texte avec un découpage des cases très carré.

Une intrigue menée tambour battant avec des les joutes verbales qui se succèdent et une conclusion toujours inattendue. Don’t call it Mystery, est mystérieux, envoutant, captivant, mais le style « Crime Story » pourra surement déplaire à des lecteurs plus habitués à des mangas classiques. Mais pour ma part, ce titre proposé par les éditions Noeve Graph est parfait et regroupe tous les éléments d’un ouvrage réussit, en espérant que le second volume soit du même niveau !!

Le manga Don’t call it Mystery est d’ores et déjà disponible dans toutes les bonnes librairies au prix de 7.95€