Avis Manga – Escale à Yokohama (tome 4)


Au fil des 14 tomes qui composent cette série, Hitoshi Ashinano s’attache à dépeindre avec beaucoup de délicatesse la douceur d’une vie simple. Titre « feel good » par excellence, Escale à Yokohama est une véritable bouffée d’air frais ! Une ôde à l’instant présent… Ce titre proposé par les éditions Meian est simplement une vraie pépite !!

Résumé : Appréciez avec Alpha la subtilité de chaque instant, de chaque découverte… Alpha tient un petit café, à l’écart de la ville. Le temps s’y écoule paisiblement, comme si plus rien n’avait d’importance… Entre deux approvisionnements à la ville de Yokohama, elle observe le monde, regarde le soleil se lever puis se coucher, et profite du temps qu’elle passe avec ses rares clients. Malgré les apparences, la belle Alpha est un robot, et cela fait bien longtemps qu’elle est là. Jour après jour, elle attend patiemment le retour de son maître, en jouissant tranquillement de la vie qui lui a été offerte…

Avis Manga – Escale à Yokohama (tome 4)

Les histoires présentées dans Escale à Yokohama sont pour la plupart légères et mélancoliques. Les lecteurs habitués à l’action, au sexe, au fan service, à la violence et/ou au drame intense seraient soit déçus, soit surpris…

Escale à Yokohama se caractérise par mono no know, un concept japonais qui décrit la beauté comme une conscience de la fugacité de toutes choses et une douce tristesse à leur décès. Recevoir de vieux clients dans un café, parcourir des routes désolées en scooter, se remémorer en regardant le soleil se coucher, aucun d’entre eux n’est près d’être bouleversant et pourtant l’auteur présente d’une manière ou d’une autre des scènes ordinaires de telle manière qu’elles évoquent des sentiments accablants de nostalgie. Sachant qu’aujourd’hui sera demain un hier, on ne peut s’empêcher d’apprécier le présent pour son existence éphémère.

Le style d’écriture d’Ashinano est radicalement différent de celui des autres mangaka. Plutôt que d’utiliser les clichés et les standards typiques des mangas et de l’animation, le style de l’auteur est plus similaire à ceux utilisés par les auteurs de romans littéraires et de nouvelles. En utilisant des motifs et des détails pour impliquer des thèmes, en combinant habilement des images de la vie quotidienne avec des monologues et des dialogues familiers pour produire de la poésie visuelle et verbale, il est évident que, bien que Escale à Yokohama soit approprié pour les lecteurs de tous âges, il nécessite un lecteur mûr et compréhensif pour pleinement apprécier cette œuvre.

Les conceptions des personnages d’Ashinano sont simples mais charmantes. Les visages des personnages sont très expressifs, faisant efficacement ressortir les personnages’ humeurs et personnalités. Au fur et à mesure que l’on parcourt les volumes, il est également assez intéressant de voir comment le style d’Ashinano s’est amélioré au fil des ans, la série ayant durée une bonne dizaine d’années !

Ce qui distingue vraiment ce titre, c’est sa capacité impressionnante à illustrer le cadre dans les moindres détails. Des rafales de vent balaient de vastes champs d’herbe, les lumières d’une ville submergée continuent de briller sous les vagues de l’océan, les routes et les villes autrefois animées de vie sont maintenant abandonnées et abandonnées, les scènes évoquent souvent des sentiments de nostalgie comme si l’écrivain et les lecteurs y avaient été eux-mêmes. Plus tard dans la série, Ashinano commence à utiliser de plus en plus de ces images pour renforcer ou parfois même remplacer le dialogue pour transmettre son message au public.

Escale à Yokohama, est un titre à part, une petite merveille, un manga mature à découvrir d’urgence !

Les tomes 1 à 4 du mangas Escale à Yokohama sont d’ores et déjà disponibles dans toutes les bonnes librairies au prix de 6.95€.